Formation professionnelle à la ventriloquie - Philippe Bossard - novembre 2021

Stage dirigé par Philippe Bossard du 2 au 12 novembre 2021.

Objectifs pédagogiques :
Lors de ce stage, il s’agira d’explorer le langage de la ventriloquie, son lien avec la marionnette, l’objet et l’acteur, son rapport à la voix, à la parole, au texte, au public et d’apprendre les techniques de base de la ventriloquie.
Qui parle quand on parle ? Celui que l’on entend est-il celui qui parle ?

Du mardi 2 au 12 novembre 2021 (10 jours / 70 heures) - relâche le 7 nov.
Nombre de stagiaires : 12 personnes
Public concerné : Professionnel.elle.s de la scène : marionnettiste, comédien.ne, danseur.seuse, circassien.ne, chanteur.euse…
Pré-requis : Professionnel.elle de la scène ayant une pratique de la marionnette, et une maîtrise de la manipulation de marionnette et / ou d’objet.
Accessibilité : Le stage est accessible aux personnes à mobilité réduite (P.M.R.) et aux mal-voyant.e.s. (Pour tout besoin personnel spécifique (handicap ou autre), merci de contacter le responsable des bâtiments)
Langue du stage : Français
Coût : 800 € (financement individuel), 1000 € (financement AFDAS ou autres)
Date limite de dépôt des dossiers de candidature  : 2 septembre 2021

Objectifs et compétences développées

1- Acquisitions techniques

  • Apprendre à maîtriser son souffle
  • Apprendre à connaitre et maitriser sa voix
  • Apprendre à maitriser la production de sa voix
  • Apprendre à maitriser « l’articulation ventriloquée »
  • Savoir intégrer cette technique à un travail d’acteur et de manipulateur

2- Enjeux de la ventriloquie

  • Connaitre l’histoire de la ventriloquie
  • Comprendre l’évolution, les usages et les enjeux de la ventriloquie
  • Savoir s’approprier les techniques de la ventriloquie dans le travail de création de l’acteur marionnettiste

Programme du stage

1. L’histoire
De la voix des dieux à la voix des marionnettes, nous parcourrons toute l’évolution de cette technique depuis l’antiquité. Son usage s’est modifié au travers des siècles et n’a pas échappé aux mouvements de nos sociétés. Des pistes d’avenir pour cette technique dans les champs du théâtre, du théâtre de marionnettes et d’objets sont également abordées.

2. La technique
- Le souffle
Un préambule indispensable sans quoi rien n’est possible : travail sur le souffle (son débit, comment le développer et le maitriser), la respiration abdominale avec un ballon de baudruche notamment, pour sentir et en comprendre les mécanismes. A la différence de la vue qui mobilise nos seuls yeux, la voix « réquisitionne» un ensemble d’organes solidaires pour produire les sons et sollicite tout le corps.
- L’articulation
Si le souffle produit la voix, l’articulation produit la parole : Exercices d’articulation à l’aide d’un lexique de mots, de phrase et de vire langue. Nous aborderons également le travail d’articulation des labiales. Savoir positionner son larynx, les appuis de la langue, le contrôle des lèvres, les différentes voix ventriloquée (voix de tête, voix de poitrine, voix « derrière le dents », voix du larynx). Savoir agir sur la modulation, le rythme, dynamiser les silences, la douceur, la puissance. Apporter à la parole relief et contraste nécessaires pour favoriser l’illusion.
- Projection de la voix
Les stagiaires pourront utiliser des marionnettes ou objets auxquels ils « donneront » la parole. Ils travailleront aussi en duo ou trio avec des partenaires, leur permettant ainsi tour à tour d’être ventriloque et pantin. Cette étape nécessite un travail sur le corps, l’espace et le « média » pour saisir les enjeux de cette technique.
- La ventriloquie, la marionnette ou objet et le texte contemporain
La ventriloquie peut-elle produire du sens et comment ? Nous expérimenterons les possibilités de la ventriloquie comme moyen d’expression d’un texte par le biais de la marionnette ou objet marionnettique. Nous en explorerons les possibilités dramaturgiques au-delà de la dimension « schizophrénique » ou divertissante.
- Restitution
La restitution du travail de chacun permettra de synthétiser les acquis du stage et de les tester face à un public.
Pour cette dernière étape, chaque stagiaire sera invité à construire ou apporter une ou des marionnettes, des objets usuels, ainsi que des textes… en somme, tout objet, marionnette et texte de son choix issu de ses recherches. Ils seront le support à une mise en pratique et une réflexion permettant de comprendre ce que la ventriloquie peut apporter à une création. Comment au-delà de l’effet raconter une histoire ? En quoi la ventriloquie apporte une dimension supplémentaire au récit ? Quels liens intimes nous relient à elle ?

Philippe Bossard

Comédien, marionnettiste, ventriloque depuis plus de 25 ans, son expérience des music-halls et autres lieux de divertissements l’a amené, dès 2003, à interroger sa pratique et le sens de celle-ci. Ces interrogations l’ont conduit à prendre le risque de questionner cette technique, de plus de 2000 ans d’histoire, son lien avec la marionnette, l’objet et l’acteur, son rapport à la voix, à la parole, au texte, au public.